Votre association pour la protection de la mère et de l'enfant dans le monde rural du Maroc

 

 

 

 

 

 

 

 

ONDE

Une campagne panafricaine «Pour des villes sans enfants en situations de rue»

Le Courrier de l'Atlas Nov. 2018

La Princesse Lalla Meryem, présidente de l'Observatoire National des Droits de l'Enfant (ONDE), a présidé, le 24 novembre à Marrakech, le lancement officiel de la campagne panafricaine « Pour des villes africaines sans enfants en situations de rue », en marge du 8ème sommet Africités.

« Sur les 120 millions d’enfants des rues dans le monde, il en est plus de 30 millions qui survivent dans Notre continent. Un enfant des rues sur 4 est donc africain », a rappelé la Princesse Lalla Meryem qui a donné lecture du message du roi Mohammed VI adressé à cette occasion, affirmant que « ce chiffre n’est pas seulement accablant, il est aussi en contradiction avec les valeurs ancestrales de nos sociétés africaines, fondées sur la solidarité et la primauté de la famille »...

https://www.lecourrierdelatlas.com/tag/princesse-lalla-meryem-230/1

 

Association les enfants Dar Bouidar

Un avenir pour les bambins abandonnés

Au Maroc, ils sont chaque jour plus d’une vingtaine de bébés à être abandonnés devant une mosquée ou un poste de police par des mères célibataires divorcées, violées et/ou battues , pour aboutir le plus souvent dans des centres d’accueil débordés. ils sont donc chaque année des milliers d’enfants à se retrouver seuls au monde, stigmatisés par la société, sans parents, sans identité, sans avenir. face à ce constat sans appel, Huber Hansjörg et son épouse ont créé, sur leurs propres deniers, une association à but non lucratif afin d’apporter un début de solution concrète qui s’inscrive dans un projet pérenne allant au-delà de la simple réponse à une situation d’urgence ...

https://www.atlas-kinder.org/fr/

 

AL KARAM pour une enfance heureuse

Karima Mkika œuvre depuis plus de 20 ans en faveur de la protection de l’enfance en difficulté, notamment à travers l’Association qu’elle a fondée en 1997 ainsi que par sa fonction au sein du CESE (Conseil Economique Social en Environnemental) où elle représente les organisations et associations actives dans les domaines de l'économie sociale et de l'activité associative.

Femme de cœur et d’engagement, Karima Mkika a très tôt senti la nécessité et le devoir de contribuer à la défense des enfants abandonnés des ruelles de Marrakech ou de Safi, où elle décide de créer son premier centre d’accueil ...

http://www.associationalkaram.accesspub.net/index.html

 

BAYTI, une maison pour les enfants des rues du Maroc

L’ONG Bayti, « ma maison » en arabe, au coeur d’un quartier populaire, est synonyme de nouvelle vie pour des enfants en situation très précaire.

Depuis sa création en 1995 par Najat M’Jid, l’Organisation Non Gouvernementale marocaine Bayti offre aux enfants des rues de Casablanca, d’Essaouira et Kenitra, un accueil, un point de repère, et un peu de chaleur. La fondation recueille ainsi l’enfance délaissée du Maroc et est venue en aide à près de 20 000 enfants en un peu plus de 20 ans. Ces enfants, on les appelle enfants des rues. Plus de 7000 dans les rues de Casablanca, qui se sont parfois drogués, violentés, et que les éducateurs de Bayti arrachent à la rue, alors qu’ils fuient une situation familiale difficile et pensent trouver dans la rue la liberté. Les éducateurs sortent ainsi de la rue des mineurs en conflit avec la loi, non accompagnés, parfois victimes d’exploitation économique et sexuelle ...

http://www.association-bayti.ma/

 

Mounira Bouzid El Alami vole au secours des enfants des rues

Psychologue, militante de gauche,  Mounira Bouzid El Alami a fondé à Tanger, il y a 24 ans, l'association Darna  ! 

Cette institution s'est dédiée depuis sa création à l'intégration socio-économique des enfants et des femmes. Darna s'est donnée comme mission  "d'écouter les enfants, les mamans, les familles et d’être en empathie avec ces personnes souvent rebutantes car posant des problèmes à la société (violence, drogue…) du fait d’avoir été abandonnées et méprisées", comme la présente sa présidente, Mounira Bouzid El Alami. 

Parcourant les différentes structures de l'association, déambulant dans les rues de Tanger, Mounira Bouzid El Alami, connue pour son franc parler, ne mâche pas ses mots pour dénoncer les maux dont souffre la ville et pour souligner, avec son inépuisable énergie, les questions sociales qui se posent encore.

http://www.darnamaroc.com/

 

Najat Anouar, fondatrice de "Touche pas à mon enfant"

Lever le voile sur le silence qui planait sur les agressions sexuelles commises sur les enfants, c'est le défi que s'est fixé la militante associative Najat Anouar en fondant l'association "Touche pas à mon enfant" en 2004. Depuis, Najat Anouar s'est érigée en protectrice des enfants victimes d'abus sexuels et a tenu à persuader leurs familles de briser le silence et de poursuivre les criminels en justice ...

Najat Anouar a mis en place un numéro vert au service des victimes et de leurs familles. Des réclamations sont également reçues par courrier électronique et sur une page Facebook créée à cet effet. Après une dizaine d'années de travail, l'ONG cherche à influencer, par des propositions et en concertation avec des spécialistes, le législateur marocain afin d'amender des lois et des clauses condamnant ceux qui commettent ce type d'abus, comme, à titre d'exemple, considérer ces méfaits comme des crimes et non pas de simples délits sans violence, car, selon l'association, il n'y a pas d'abus sexuels sans recours à la force.

https://touchepasamonenfant.com/

 

L'Heure Joyeuse avec Leïla Benhima Cherif

 

L'association a déjà 60 ans, et se chargeait à ses débuts de réinsérer les femmes scolairement ou professionnellement. Désormais elle a élargi son champ d’action et s’intéresse aux nouvelles formes de misère. Ses actions se concentrent à 25% sur le monde rural, où sont prégnants l’analphabétisme, l’abandon scolaire, le manque d’accès à la scolarité (soit par le prix des fournitures, l’éloignement par rapport aux centres de formation, l’absence d’eau potable, de cantine, de latrines, etc. etc.).

Les opérations de l’Heure Joyeuse c'est aussi l’Opération 100 000 cartables,  l'Opération vélos avec Procter & Gamble, ou Renault qui fournit des bus à des communes pour permettre aux enfants éloignés des écoles de s’y rendre.

L’association se consacre également à la réinsertion des jeunes qui ne sont ni à l’école ni en formation. Pour cela elle a créé la cellule d’orientation et de réinsertion professionnelle (appelée « l’école de la deuxième chance ») qui prépare les jeunes à l’employabilité et à l’entreprenariat. Ces centres auront déjà inséré 1000 personnes, dont 700 en formation professionnelle.

https://www.heurejoyeuse.ma/fr/

 

Juste pour Eux et les actions en faveur de l'éducation dans le rural

L'association JPE a lancé l'initiative en 2006, d'offrir des vélos à 250 élèves de la province de Tiznit pour encourager la poursuite de la scolarité des jeunes filles dans les zones rurales, en partenariat avec la Fondation Décathlon. Depuis, ce sont près d'1 million de vélos qui ont été distribués sur le Royaume au profit des enfants pour lutter contre l'abandon scolaire.

Sa mission est de concevoir et de réaliser des opérations humanitaires, d'aide au développement et de sensibilisation des citoyens à leur environnement social en les incitant à s'engager pour améliorer les conditions de vie de la jeunesse. Elle conçoit et réalise des projets dans le secteur éducatif pour améliorer les chances de réussite scolaire et académique de jeunes originaires de régions et de milieux sociaux défavorisés. Sa fondatrice Myriam L'Aouffir, germano-marocaine, est parallèlement engagée sur la protection de la mère et de l'enfant et sur la lutte des inégalités de façon plus générale.

https://www.justepoureux.com/v2/fr/

© 2020 droits réservés Association Mekkil'